Numéro 590 - novembre 2019dossier

démarche

Le DD au bloc opératoire

L’expérience de l’hôpital Necker-Enfants malades

Nul ne peut aujourd’hui ignorer l’impact de l’homme et de ses activités sur la planète, et en particulier de celles liées à la santé. Allant à l’encontre de sa vocation première qui est de prévenir et de soigner, le secteur hospitalier contribue en effet malgré lui à la dégradation de l’environnement et aux émissions de gaz à effet de serre. Ainsi par exemple, si aujourd’hui chaque citoyen peut trier facilement chez lui ses déchets, il n’en est pas de même à l’hôpital. En effet, les établissements de santé, en répondant à des normes de plus en plus drastiques en matière d’hygiène, ont vu leur consommation de matériel à usage unique augmenter ces dernières décennies et dans le même temps le volume de leurs déchets.

Le développement durable a été défini officiellement, pour la première fois en 1987 par l’Organisation des Nations unies(1), comme un « développement qui répond aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leur propre besoin ».  Signe d’une prise en compte de cette problématique par les décideurs de santé publique, une première convention dans le cadre du Grenelle de l’Environnement a été établie entre l’État et les fédérations du secteur sanitaire, social et médico-social en 2009, renouvelée pour la période 2017-2020, réaffirmant ainsi l’engagement du secteur sanitaire dans le champ du développement durable. Cette convention marque la volonté de ces secteurs de jouer un rôle majeur en termes de développement durable dans les territoires, associant les personnels, les patients, les usagers et toutes les parties prenantes(2).  Pour autant, si le développement durable est devenu une préoccupation affichée des acteurs de santé publique, la transition reste aujourd’hui timide et peu aisée à opérer. En effet, les normes d’hygiène et de sécurité, le nombre de métiers ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.