Numéro 604 - mars 2021décryptage

Cour des comptes

La politique des greffes : l’or du rein

En 2017, 6 100 transplantations d’organes ont été pratiquées mais 16 400 patients étaient en attente d’une greffe en 2018, pour l’essentiel du rein (14 300 environ) et, dans une moindre mesure, du foie (1 430 environ). En troisième position en Europe, derrière l’Espagne et la Belgique, la France ne peut couvrir seule ses besoins nationaux et participe à un réseau mondial qui regroupe 72 pays et permet une démultiplication des possibilités d’appariements donneurs/receveurs. Cent quatre-vingt-douze établissements publics ou privés sont habilités à opérer des prélèvements d’organes sous la supervision de l’Agence de la biomédecine, établissement public administratif qui a repris en 2005 les missions de l’Établissement français des greffes. 

Figurant parmi les pionniers des greffes, la France s’est dotée d’un cadre favorable à cette activité, sous l’influence du sénateur Henri Caillavet, consacrée par la loi du 22 décembre 1976 modifiée (art. L.1232-1 du code de la santé publique) qui pose le principe du consentement présumé au prélèvement des personnes décédées sauf refus explicite. Saisie par le Premier ministre d’une demande d‘étude sur la révision de la loi de bioéthique, la section du rapport et des études du Conseil d’État souligne toutefois « l’ambivalence de la société française vis-à-vis du don d’organe(1) » qui se traduit par un taux d’opposition de 30 % à tout prélèvement sur des sujets décédés (360 000 personnes sont inscrites au registre national des refus) et s’inscrit de manière plus générale, comme le relève le Comité consultatif national d’éthique, dans un « certain climat de défiance des patients vis-à-vis du monde médical(2) ». Sans méconnaître, comme pour la vaccination, le rôle délétère que peuvent jouer les réseaux sociaux, sans doute faut-il surtout chercher dans le rapport au corps et à la mort les ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.