Numéro 547 - juillet 2015note de lecture

Média-médecine

La médecine sans médecin ?

Le numérique au service du malade

Chirurgien, professeur d’urologie, auteur de nombreux rapports remarqués, Guy Vallancien est aussi un homme habitué à ne pas mâcher ses mots et à s’engager avec force dans les causes qu’il soutient. Il en offre un bon exemple avec son nouvel ouvrage, La Médecine sans médecin ? Le numérique au service du malade, qui synthétise de nombreuses années de réflexion et de prises de position, et qui lance une réflexion sur la médecine du futur : la « média-médecine » ou « nouvelle médecine », ainsi qu’il l’appelle lui-même.

Plaidoyer pour une ouverture large des données de santé, critique de l’hospitalo-centrisme et de l’organisation hospitalière, promotion des hôtels hospitaliers (rebaptisés « hostels »), attaques féroces contre le pilotage national du système de santé, promotion de la médecine libérale, plaidoyer vigoureux pour l’industrie pharmaceutique, mais aussi pour les OGM, piques adressées à ses confrères (« Nous sommes tous, médecins français, salariés de la Sécurité sociale sans oser l’avouer »)…, l’auteur a des positions tranchées, qu’il défend avec force. Mais pas toujours, hélas, avec talent, et il faudrait presque sauter le premier quart du livre, où Guy Vallancien se livre à une exécution en règle du principe de précaution, des opposants aux OGM et ainsi de suite. Il le fait sans souci de la mesure et sans se rendre compte que l’absence de nuance est lassante. Il risque donc de perdre le lecteur dans des combats dont on ne voit pas toujours le lien avec la « média-médecine ». Ou bien, lorsqu’il finit par s’y raccrocher, c’est au moyen de généralisations ou de jugements peu amènes pour ses adversaires, et qui ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.