Numéro 539 - octobre 2014dossier

Organisation

La délégation

Un outil managérial au service de la performance collective

Si la délégation en sciences de gestion reste un concept flou, c’est que ses contours sont souvent mal identifiés. Il importe donc de les redéfinir. Contrairement à des idées reçues, la délégation ne s’improvise pas, ni ne se décrète. Bien utilisée, elle se révèle être un formidable outil de management.

Qu’est-ce que déléguer ? La plus curieuse manière de définir la délégation est de considérer qu’elle consiste à faire faire son travail par les autres. Autre étrange façon de définir la délégation : déléguer, c’est confier à un spécialiste une mission qui relève de sa spécialité. On peut alors se demander ce que ferait ce spécialiste si rien ne lui était délégué. Enfin, déléguer, c’est missionner quelqu’un parce qu’il le mérite. La question se pose donc de savoir qui mérite et pourquoi. De sorte que la délégation est perçue de façon bien différente, voire divergente, selon le sujet interrogé. Le super manager est un mythe. Il ne peut pas prétendre tout faire et encore moins atteindre la performance sans déléguer. La délégation fait tout autant partie de sa mission que de ses outils. Plus prosaïquement, s’il veut être efficace, il ne peut pas ne pas déléguer. Déléguer… définition Commençons par éliminer ce que n’est pas déléguer. Déléguer, ce n’est pas faire faire. Effectivement, quand on demande à quelqu’un de faire quelque chose, le délégataire (celui qui reçoit la délégation) est mis ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.