Numéro 588 - septembre 2019colloque

compte-rendu

La complexité, source d’innovations

L’hôpital face aux situations extrêmes

Les hôpitaux de l’extrême ont été au cœur du colloque organisé le 29 novembre 2018 à Rennes par les élèves directrices et directeurs d’hôpital de la promotion Albert-Camus (2018-2019). Plusieurs acteurs du monde hospitalier et sanitaire étaient conviés pour partager leurs expériences et réfléchir aux outils et aux organisations à mettre en place lorsque l’hôpital fait face à une situation extrême qui vient perturber son fonctionnement régulier et sa capacité à répondre aux besoins de soins de la population. Ces situations dites « extrêmes » sont protéiformes : elles peuvent aussi bien survenir de manière brutale et avoir un caractère aigu (catastrophes naturelles, attentats, etc.) qu’être structurelles et affecter l’hôpital sur le long terme (isolement, géographie contraignante, précarité du territoire…). Les participants à cette rencontre ont pu tirer des enseignements et acquérir des réflexes utiles pour répondre, au cours de leur vie professionnelle, à des situations similaires mais aussi aux besoins du fonctionnement quotidien de l’hôpital. 

La journée s’est ouverte par une table ronde faisant intervenir deux grands témoins ayant été confrontés à des crises de grande ampleur : Murielle Arondeau et Pierre Thépot.  Murielle Arondeau, directrice de l’hôpital Louis-Rollin de Taiohae (îles Marquises), est revenue sur son expérience en tant qu’administratrice de l’hôpital de Mitrovica, au cœur d’un Kosovo en pleine reconstruction après une décennie marquée par les guerres de Yougoslavie. En juillet 1999, alors en charge d’un camp de réfugiés à Povel (Albanie), elle est envoyée à Mitrovica, ville kosovare quasiment détruite et profondément divisée entre Albanais et Serbes. À la demande de Bernard Kouchner, alors ministre en charge de la Santé, elle prend la direction de l’hôpital local qui, avec 650 lits et un maigre effectif de 900 personnes, ne peut plus assurer sa mission de soins. L’objectif est de rétablir l’activité tout en travaillant à nouer des liens de confiance entre soignants albanais et soignants serbes. Malgré les pénuries et les conflits, elle parvient à instaurer un dialogue entre les deux communautés. L’hôpital de Mitrovica devient ainsi le ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.