Numéro 579 - octobre 2018rĂ©flexion

compétences

IPA et GHT

Un exemple en oncogériatrie

Le dĂ©veloppement des activitĂ©s d’infirmière en pratique avancĂ©e au centre hospitalier de Muret et sur le groupement hospitalier de territoire (GHT) de la Haute-Garonne et du Tarn Ouest fait partie du projet mĂ©dical partagĂ© 2018-2022, car il s’impose comme une Ă©vidence que l’auteur tente d’expliciter ici.

Les besoins en soins de la société française sont en évolution constante en raison notamment du vieillissement de la population (augmentation de l’espérance de vie, quoique(1)), des polypathologies(2), de l’explosion des maladies chroniques qui pèsent plus de 70 % de la dépense de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts)(3) et de l’inégale répartition des professionnels de santé sur le territoire avec une cristallisation médicale remarquable sur les métropoles, à l’instar de Paris, Lyon, Marseille et Toulouse(4). Aussi la pratique infirmière avancée peut-elle, le cas échéant, être une des réponses à cette équation complexe si on prend l’exemple des pays où ce métier existe déjà et où sa plus-value médico-économique est démontrée depuis un certain temps. Par ses compétences cliniques acquises et son niveau d’expertise requis grâce à une formation master 2, l’infirmier/ère de pratique avancée (IPA) peut permettre d’atténuer un déficit préoccupant de l’offre de soins face à une demande exponentielle des citoyens, sachant néanmoins qu’on n’obtient pas d’adéquation de l’offre ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.