Numéro 593 - février 2020dossier

interview

Marlène Cieslik

D3S et championne de boxe française

Le monde de la santé porte depuis longtemps des sportifs de haut niveau, très connus ou plus discrets. Personne n’a oublié le Dr Alain Calmat, vice-champion olympique de patinage artistique en 1964, champion du monde en 1965, qui embrassa une carrière politique après avoir raccroché ses patins. Fabien Pelous, kinésithérapeute, champion du monde universitaire de rugby en 1996, finaliste de la coupe du monde de rugby 1999, détient toujours, avec 118 capes, le record de sélections pour le XV de France. Parrain de l’association « Un maillot pour la vie » en faveur des enfants hospitalisés, il est également engagé auprès de la Fondation du sport. Dans l’ombre de ces célébrités, parfois dans des sports confidentiels, certains concilient harmonieusement vie professionnelle et performance sportive. Comment combinent-ils ce double engagement ? Au prix de quels efforts ? Les ressources nécessaires à la réussite sportive trouvent-elles une transposition dans leur management quotidien ? Rencontre avec Marlène Cieslik, directrice d’établissement sanitaire, social et médico-social, qui, en savate boxe française, a tout gagné.

Marlène Cieslik, vous exercez au CHU de Nantes en qualité de directrice adjointe. Qui êtes-vous ? Quel a été votre parcours ? Quelles sont vos responsabilités ? Je suis une femme de 33 ans qui vit dans la belle ville de Nantes après avoir pas mal voyagé dans mon enfance. Un baccalauréat littéraire option théâtre en poche, j’ai été tentée d’intégrer le conservatoire d’art dramatique. Mon père me conseillant de commencer par un « vrai métier », je me suis lancée dans des études de droit (master 2 Droit public recherche), ignorant qu’elles me mèneraient à l’EHESP ! J’y ai suivi la formation de directrice d’établissement sanitaire, social et médico-social (D3S) en 2010-2011. J’ai eu la chance de commencer ma vie professionnelle en janvier 2012 par un poste médico-social au sein du CHU de Nantes. Avec le Pr Gilles Berrut, chef du pôle de gérontologie clinique et président du gérontopôle, et Maryvonne Bitaud, directrice de l’hôpital Bellier et du pôle de gérontologie clinique et des missions transversales, nous avons mis en place une méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.