Numéro 559 - octobre 2016dossier

Réforme

GHT et pratiques médicales

Chevilles ouvrières de l’hôpital et souvent très impliqués dans son fonctionnement au jour le jour, les médecins n’ont pas toujours une vision très claire des changements que ne manqueront pas d’induire les groupements hospitaliers de territoire (GHT). Et pourtant, si la loi est totalement appliquée, il est clair qu’elle aura un impact non seulement sur l’organisation du travail des praticiens et de leurs services, mais également sur les patients et probablement même sur la médecine ambulatoire.

La création des GHT, si elle semble être une évolution prévisible du système de soins français, se heurte de plein fouet à l’histoire de la médecine et de la culture médicale en France. Toujours méfiant vis-à-vis de l’État et empreint d’une liberté intrinsèquement liée à la relation particulière, intime, entre le médecin et son patient, le corps médical semble vivre cette mutation avec scepticisme et inquiétude. La loi de modernisation des systèmes de santé n’arrive pas dans un environnement vierge : il s’inscrit dans la continuité des textes précédents, notamment la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) qui avait créé les communautés hospitalières de territoire, mis en place les pôles hospitaliers dans l’objectif de décloisonner les services et profondément refondu les modes de gouvernance hospitaliers. La loi de modernisation du système de santé vient raviver les mêmes craintes et incompréhensions du corps médical vécues lors de la publication de la loi HPST, dont l’objectif était pourtant de remettre le médecin au centre du fonctionnement de l’institution hospitalière et qui franchit une étape de plus ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait. la totalité de notre contenu est accessible jusqu’à la fin de cette année.