Numéro 563 - février 2017dossier

Formation

Former pour demain ?

Une formation 3.0

La formation des professionnels de santé de demain devra parachever l’universitarisation et tenir compte de la digitalisation. À Toulouse, les CHU se sont présentés comme les inventeurs du modèle pédagogique de demain pour la formation en santé. Ils souhaitent intégrer toutes les formations à l’université.

Les évolutions tendencielles Sous le double effet de l’augmentation du numerus clausus et du nombre de places dans les instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi), la masse totale des étudiants à former a été de 160 000 médecins/dentistes/pharmaciens/sages-femmes en formation en 2014 (et 57 000 en Paces) et 142 000 professionnels de santé non médicaux en 2013 (hors aides-soignants (1)). La formation des professionnels de santé de demain devra parachever l’universitarisation et tenir compte de la digitalisation. Une organisation hétérogène entre les professions La formation des professionnels de santé est actuellement peu lisible, issue de trois modèles différents : les médecins, pharmaciens, dentistes, sages-femmes sont formés à l’université, dans des composantes santé, liées aux CHU par une convention hospitalo-universitaire ; la majorité des professionnels non médicaux, notamment les infirmiers et les professionnels de réadaptation, sont formés dans des instituts gérés par des hôpitaux publics ou de statut privé. Ces instituts ont des relations variables avec les universités avec lesquelles ils ont obligation de ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait. la totalité de notre contenu est accessible jusqu’à la fin de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *