Numéro 582 - janvier 2019dossier

organisation territoriale

Favoriser la coopération au service du patient

Le concept de responsabilité populationnelle(1) émerge avec le but de fédérer l’ensemble des acteurs d’un territoire autour d’un objectif commun : la santé de la population. Il est bon de garder à l’esprit que les coopérations s’inscrivent également, depuis 1970(2), dans un processus de restructuration de l’offre de soins(3). Cette volonté de créer un maillage territorial des soins grâce aux outils de coopération est illustrée par le centre hospitalier de Troyes. En utilisant de nombreux outils juridiques de coopération (GHT, direction commune, GCS…), l’établissement répond aux enjeux de complémentarité, de décloisonnement et d’intégration.

La démarche de coopération, initiée par le centre hospitalier (CH) de Troyes, intègre une politique plus vaste qui tient à la nature même du territoire de l’Aube. Si ce dernier s’étend sur 7 000 km², l’agglomération troyenne concentre près de la moitié de la population et l’essentiel du plateau technique (imagerie en coupe, lits de réanimation, soins intensifs et continus, à l’exception de six lits dans un autre établissement). Confrontée à des difficultés de recrutement médical et ne bénéficiant pas de l’attractivité du CHU de Reims, l’Aube est aussi un territoire sous-doté en termes de capacité d’accueil hospitalière : près de 100 lits de moins comparé à la moyenne nationale pour 100 000 habitants. Face à ces contraintes, le CH de Troyes s’est positionné comme soutien en mettant à disposition à un maximum d’acteurs son plateau technique et en s’engageant dans la construction de filières de soins. [encadre_shortcode titre='enc_2019_44_01'] Une mosaïque de coopérations Direction commune, GCS de droit privé et public Ce ne sont pas moins que quatre formes de coopération qui réunissent le CH de Troyes et la ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.