Numéro 588 - septembre 2019réflexion

Médico-social

Faut-il en finir avec Finess ?

À l’heure où l’on parle de transformation de l’offre de service en matière d’action médico-sociale, de transition ou de mutation systémiques, de changement de paradigme, de logique de parcours et d’inclusion, nombre d’opérateurs bien disposés expérimentent et innovent, tant au plan de leurs organisations que de leurs modalités d’accompagnement des personnes bénéficiaires. Mais tous ces efforts sont rendus, sinon vains du moins non aboutis, si les conditions administratives de ces reconfigurations ne sont pas réunies. Par exemple, des associations ou fondations mettent en place des plateformes de service (appelées de leurs vœux par les politiques publiques) mais la plupart des maisons départementales des personnes handicapées continuent de prononcer des orientations en direction d’établissements ou de services traditionnels, tandis que les agences régionales de santé ou les conseils départementaux continuent largement de raisonner en termes de budgets par établissement ou service. 

Comme chacun sait, les injonctions paradoxales rendent fous ou, pour le moins, viennent contredire ceux-là mêmes qui tentent d’appliquer les nouvelles orientations des politiques publiques et leur compliquent la tâche. Un comble ! Certes, le régime des autorisations a récemment évolué et ouvert la perspective sans ambiguïté d’une délivrance plus globale de prestations pour tout établissement, mais un certain cloisonnement persiste : il s’agit là d’une amélioration mais pas de la transformation dont ces secteurs d’activité ont réellement besoin. On a simplement réduit le nombre de tuyaux d’orgue… Une plateforme de service n’est pas un simple regroupement d’établissements sanitaires et médico-sociaux (ESMS), mais une forme d’organisation qui nécessite une véritable réingénierie(1). En tant que nouvelles entités, ces plateformes nécessitent une pleine reconnaissance comme telles : tant qu’elles n’obtiendront pas cette visibilité juridico-administrative, comment pourront-elles réellement prospérer ?  Pour s’extraire de ce paradoxe permanent entre les nouvelles orientations et les organisations médico-sociales, il ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.