Numéro 575 - avril 2018dossier

réflexion

Et si…

Que ferais-je si notre informatique était durablement bloquée par une panne généralisée d’électricité, un feu destructeur ou une attaque virale massive ? Ou par la combinaison de tout cela ? Sans être excessivement parano, il vaut d’évoquer ce scénario pour mesurer notre extrême sensibilité aux outils informatiques.

Comme directeur d’hôpital et comme DSII, ce que je crains par-dessus tout, c’est l’arrêt informatique, sec, généralisé et durable. L’informatique est entrée dans le quotidien des hospitaliers, soignants, administratifs et techniciens, les organisations sont bâties autour, les patients bénéficient de soins calculés ou programmés. Je me rassure, cela n’arrivera pas.  Classiquement, un soignant qui travaille à l’hôpital dispose des outils informatiques permettant d’accéder à l’information sur le patient, de saisir des données, de disposer des traitements informatiques pour exercer ses tâches avec le minimum de contraintes. Idem dans les services administratifs et logistiques. Le rituel matinal démarre avec le café et l’ouverture du PC. De même, à votre domicile, en tant que patient, vous pouvez recevoir vos comptes-rendus, donner votre état de santé ou vos symptômes en ligne, prendre un rendez-vous, suivre l’évolution de votre traitement et les prochaines étapes. Vous pouvez même avoir une téléconsultation avec un médecin hospitalier, lui-même en télétravail chez lui et qui accède à votre dossier comme depuis son bureau. ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *