Numéro 598 - septembre 2020dossier

assurance santé

Enjeux juridiques et éthiques du recours à l’IA

Le domaine de l’assurance santé n’échappe pas à la numérisation des usages. Avec le développement des technologies de l’information et de la communication, la relation entre l’assureur et l’assuré (l’expérience assuré) est profondément modifiée. Des agents conversationnels aux objets connectés en passant par les applications mobiles, les acteurs de la couverture du risque ont accès à un vivier d’informations précieuses. À l’international, ces évolutions, couplées au recours à l’intelligence artificielle, permettent aux assureurs de proposer de nouvelles offres, évolutives et individualisées. Quels sont les enjeux juridiques et éthiques soulevés par ces pratiques ?

Les acteurs de la couverture du risque sont, depuis plus d’un demi-siècle, des gestionnaires de données de masse. Les informations recueillies par les solutions ou logiciels qu’ils mettent en place permettent de recueillir un nombre important de données personnelles, concernant les assurés ou leurs comportements. Ces données alimentent le big data, compris comme une quantité de données abondantes et non structurées qu’il faut traiter. Les données à caractère personnel des assurés constituent un actif réel pour les acteurs de la couverture du risque. Ces données permettent de concevoir des produits et des tarifs adaptés, au plus proche des attentes des personnes assurées. Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) entend l’intelligence artificielle comme « un ensemble d’algorithmes conférant à une machine des capacités d’analyse et de décision lui permettant de s’adapter intelligemment aux situations en faisant des prédictions à partir de données déjà acquises ». Cette définition de l’intelligence artificielle est pertinente lorsque l’attention est portée sur les enjeux juridiques et ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.