Numéro 573 - fĂ©vrier 2018(dossier)

Perspectives en management

Pour reprendre les termes que Paul ValĂ©ry appliquait Ă  la libertĂ©, nous pourrions avancer que « management » est un de ces dĂ©testables mots qui ont plus de valeur que de sens, qui chantent plus qu’ils ne parlent. Ă€ travers son ambivalence, le management devient alternativement le cĹ“ur des problèmes de l’hĂ´pital, puis le centre nĂ©vralgique oĂą se puisent toutes les solutions. Dans cette confusion, nous souhaitons dessiner des perspectives nouvelles qui confinent Ă  des questions de culture, de formation, d’éducation. La première est de prendre le temps de s’interroger sur l’origine mĂŞme du management, son sens et ses objectifs depuis le dĂ©but du XXe siècle, afin d’adopter une position de prudence sur les discours qui s’adressent aux managers, donc souvent Ă  chacun d’entre nous. C’est prĂ©cisĂ©ment cette prudence qui est attendue pour exercer un vĂ©ritable management humaniste, capable de rĂ©unir les exigences d’une organisation de travail classique avec l’éthique du soin. Car, en vĂ©ritĂ©, il ne faut pas se tromper : tout le monde ne manage pas. Et le management n’est pas qu’une nouvelle boĂ®te Ă  outils pour rĂ©soudre des problèmes complexes. Il s’agit surtout d’une autre manière de prendre des dĂ©cisions collectives et de tendre Ă  l’adhĂ©sion. Pour cela, notre dossier met en avant des points de vue qui rappellent l’art de bien gouverner : se poser les bonnes questions sur l’évolution des paradigmes qui forment les organisations et remettent en cause les principes institutionnels ; favoriser le temps long, la rĂ©flexion et la recherche ; adopter une disposition bienveillante pour limiter les coĂ»ts cachĂ©s des dysfonctionnements ; ĂŞtre attentif Ă  ses collaborateurs pour rĂ©vĂ©ler leur talent et en faire bĂ©nĂ©ficier l’établissement ; savoir transmettre ses valeurs aux cadres, acteurs indispensables d’un hĂ´pital public en constante mutation. In fine, nous disons ceci : le management doit ĂŞtre considĂ©rĂ© comme une discipline dont l’objectif est d’amĂ©liorer le fonctionnement d’une organisation complexe ; mais il ne doit pas excĂ©der l’essence propre de l’institution qui demeure, plus que jamais, de tenir ensemble.