Numéro 522 - janvier 2013(dossier)

De l’éthique (1/2)

Étonnant succès que celui de l’éthique : conférences, formations, colloques, articles et livres consacrés à l’éthique se multiplient. Elle est invoquée par tous et le monde de l’hôpital n’échappe pas à la règle : rien qu’en 2012, on peut citer, entre autres, le XXe congrès de l’Association des directeurs d’hôpital, « Éthique, management, financement, le cas de conscience hospitalier » et le colloque de la Fédération hospitalière de France/Région Centre, « Éthique en santé : de la réflexion à notre quotidien ». Sur le site Internet de Sainte-Anne Formation, on trouve un diplôme universitaire « Éthique soignante et hospitalière » et une formation sur la responsabilité éthique des cadres de santé… Dernier exemple, les débats de santé publique parlent de plus en plus de « bioéthique ».
Une diversité qui peut donner une première piste pour expliquer ce succès : l’éthique se conçoit « appliquée à ». Il ne s’agit pas d’étudier l’éthique en elle-même et pour elle-même, mais de voir et comprendre ce qu’elle peut apporter aux professionnels de santé dans leur pratique, au quotidien. Là résident à la fois la force et la faiblesse de l’interrogation éthique : face à un sentiment de perte de sens et de repère, l’éthique apporte des pistes, des réflexions ; mais elle n’apporte pas la réponse à tout, elle est chemin et questionnement plus que réponse évidente. D’où le risque de finir par décevoir.
De cette diversité des applications et des demandes éthiques témoignent les articles composant ce dossier. Sont ainsi présentées les démarches suivies pour mettre en place un comité d’éthique, que ce soit au niveau régional (région Centre) ou local (centre hospitalier de Lisieux), mais aussi des réflexions sur la visée éthique dans les pratiques professionnelles. Sont aussi décrits des cas très concrets comme les réserves et réflexions éthiques qui peuvent naître face à l’ouverture des dossiers médicaux des défunts, l’application des principes éthiques à des fins de santé publique, face à la maladie incurable ou encore face aux conflits d’intérêts. Nous reprenons enfin un article paru l’année dernière dans La Gazette Santé Social portant sur la médiation ; tant il est vrai que le champ de l’éthique, pour peu qu’on prenne celle-ci au sérieux, est vaste, si vaste que ce dossier sera complété par un autre le mois prochain, portant lui aussi sur l’éthique et le monde de la santé.