Numéro 591 - décembre 2019expérience

logistique

Dispositifs médicaux stériles : un circuit optimisé

À l’hôpital Paul-Brousse, l’insertion d’un logisticien dans le circuit des dispositifs médicaux stériles (DMS) a permis la sécurisation et l’optimisation du processus, et par là même l’allègement des tâches logistiques des cadres des services et des soignants, qui ont pu ainsi se recentrer sur leurs missions respectives.

Le centre hospitalo-universitaire Paul-Brousse fait partie du groupement des hôpitaux universitaires Paris Saclay. L’établissement comprend 55 places d’hôpital de jour et 701 lits de court séjour, soin de suite, long séjour et psychiatrie.  Sa pharmacie à usage intérieur (PUI) assure la gestion et la dispensation des médicaments et des dispositifs médicaux stériles (DMS) ainsi que la fabrication des préparations d’anticancéreux. La gestion du stock des DMS est gérée par informatique dans une unité appelée « magasin médical ». Les dépenses annuelles des DMS gérés par le magasin médical sont d’environ 1 million d’euros, sans compter le « hors stock » et les DM implantables. Plusieurs acteurs interviennent dans le circuit des DMS : d’un côté le magasin médical pour la gestion, de l’autre les services cliniques pour les commandes au magasin médical et le rangement dans les unités de soins.  Le personnel du service clinique est multitâche et la logistique ne fait pas partie de son cœur de métier. Le manque de temps et de compétence entraîne des commandes de DMS auprès du magasin médical, réalisées sans respect des ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.