Numéro 522 - janvier 2013tribune du cneh

Analyse

Développement professionnel continu

Sens et mise en œuvre du dispositif

La loi HPST de juillet 2009 introduit la notion de développement professionnel continu (DPC) qu’elle rend obligatoire pour tous les professionnels de santé (médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, pharmaciens et professionnels paramédicaux). Selon la loi, le DPC a pour objectif « l’évaluation des pratiques professionnelles, le perfectionnement des connaissances, l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ainsi que la prise en compte des priorités de santé publique et de la maîtrise médicalisée des soins ». Sont ainsi réunies dans un même concept la formation professionnelle continue et l’évaluation des pratiques professionnelles (EPP). 

Comment faut-il comprendre et appréhender le DPC ?  Du projet du législateur à la publication des décrets (juillet 2012), puis à la mise en œuvre (1er janvier 2013), le développement professionnel continu (DPC) a mis plus de trois ans à sortir des limbes. De nombreuses difficultés sont venues émailler le parcours, en premier lieu la mise en place contestée des ordres professionnels censés structurer le déploiement du DPC. Puis, durant deux ans, la mise en œuvre a fait long feu.  Il m’a toujours semblé logique qu’un dispositif vienne remplacer l’obligation de formation médicale continue (FMC). Rappelons que la FMC, inscrite dans la loi du 4 mars 2002, avait vu ses décrets d’application publiés quatre ans plus tard, soit en août 2006. Elle coexistait avec l’EPP, la FMC étant davantage centrée sur l’acquisition de nouvelles compétences ou connaissances, avec une visée pédagogique, l’EPP adoptant une approche clinique et professionnelle. En réalité, la FMC n’a jamais été réellement mise en œuvre. Les oppositions nombreuses à ce dispositif et la question jamais réglée de son financement ont amené à sa suspension fin 2008. Le ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait. la totalité de notre contenu est accessible jusqu’à la fin de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *