Numéro 593 - février 2020dossier

Coopération hospitalo-universitaire

Développer la pratique des activités physiques et promouvoir la santé

Exemple en kinésithérapie

Depuis l’article 144 de la loi de modernisation du système de santé du 26 janvier 2016, les médecins peuvent prescrire une activité physique aux personnes souffrant d’une affection de longue durée, activité que les professionnels de santé, dont les kinésithérapeutes, et les professionnels du sport peuvent, avec le décret du 30 décembre 2016, organiser et mener. Pour former les étudiants en kinésithérapie à ces nouvelles pratiques, les auteurs présentent ici un projet institutionnel hospitalo-universitaire articulant les logiques de l’universitarisation et de la formation-action.

L’instruction interministérielle du 3 mars 2017 relative aux conditions de dispensation de l’activité physique adaptée prescrite par le médecin initie la proposition d’un partage des rôles entre les différents professionnels pour la mise en œuvre de cette politique, faisant de la prescription médicale d’activités physiques adaptées une thérapie non médicamenteuse recommandée pour la promotion de la santé, la prévention et le traitement de certaines affections et pour la réadaptation des personnes avancées en âge, suivies en soins de suite ou dans les structures de santé mentale. Nous présentons ici la genèse, les visées et les modalités d’un projet institutionnel hospitalo-universitaire articulant les logiques de l’universitarisation et de la formation-action pour développer les compétences spécifiques des futurs kinésithérapeutes dans ce nouveau champ d’exercice professionnel, tout en rééquilibrant leurs référentiels de formation et d’exercice en matière de prévention et de promotion de la santé par le développement de deux compétences génériques : concevoir et conduire une démarche de promotion de la santé, ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.