Numéro 566 - mai 2017dossier

réflexion

Consentement aux soins

Ă€ la recherche de la confiance perdue

La santé – notion inséparable et interdépendante du droit du citoyen à se faire soigner – est une dialectique qui doit exister entre le patient – lequel exige une protection contre la souffrance et la mort – et le médecin soucieux de la préservation des principes éthiques et déontologiques. Mais cela n’est pas suffisant pour répondre aux attentes et préoccupations essentiellement psychologiques des patients. Une relation dynamique entre le personnel soignant et le patient est indispensable, orientée davantage sur l’humain, respectant l’individu et sa dignité, suscitant intimité et confiance : le médecin ne doit en aucun cas percevoir son patient comme un client potentiel mais bien comme un malade à soigner. Or, force est de constater dans les services hospitaliers marocains que les patients ne jouissent pas toujours de cette relation…

La dimension psycho-médicale est un élément décisif et déterminant dans la mesure où le malade confie au professionnel des éléments importants de sa personne. La réciprocité de cette confiance doit se concrétiser à travers la création d’un climat psychologique favorable que le médecin doit garantir à son patient. En outre, cette liaison, longtemps dominée par la notion individualiste, ne devrait pas s’appliquer exclusivement au secteur de la santé publique, mais s’intéresser également à la médecine libérale sans aucune différence d’ordre social ou économique. En d’autres termes, la mission confiée au secteur de la santé public et privé est avant tout la sauvegarde de la santé de la population, l’amélioration des conditions de traitement et, surtout, l’aspect humanitaire, qui reste le corollaire naturel devant distinguer cette institution médicale de celles purement commerciales. La confiance constitue donc la pierre angulaire dans toute relation. Elle englobe la bienveillance, la crédibilité et l’intégrité des paroles et des actes médicaux. À l’instar de Dolovich (1), nous pouvons dire que le devoir d’informer est une ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait. la totalité de notre contenu est accessible jusqu’à la fin de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *