Numéro 590 - novembre 2019dossier

état des lieux

Bloc opératoire et réanimation

La lourde contribution des gaz anesthésiques

Depuis quelques années, des projets développement durable (DD) voient le jour au sein des blocs opératoires. Ces derniers constituent en effet un point névralgique au sein d’un hôpital : gros poste d’achat, pour les personnels, pour la qualité de vie au travail et les déchets. Ce qui explique pourquoi les démarches d’écoconception des soins pilotées par les soignants sont le plus souvent initiées au bloc opératoire.

Dès 2012, la revue Anesthesia & Analgesia(1) publiait un numéro spécial consacré à l’écoconception des soins, avec des articles sur la réduction des déchets, l’analyse du cycle de vie des masques laryngés, des drapages ou encore les gaz d’anesthésie qui sont des gaz à effet de serre. La même année et pour la première fois, le congrès de l’American Society of Anesthesiologists consacrait une session entière à cette thématique. Fin 2015, Vollmer(2) publiait une étude confirmant l’accumulation inquiétante des gaz anesthésiques dans l’atmosphère à partir d’échantillons de gaz atmosphérique collectés depuis les années 2000 en Antarctique, au nord Pacifique et en Europe.  Depuis 2015, le programme du congrès annuel de la Société française d’anesthésie-réanimation(3) (Sfar) comporte une session consacrée au développement durable (DD) ainsi qu’un stand et une charte green pour les exposants et toute l’organisation(4). En 2016 est créé au sein de la Sfar un groupe de réflexion DD multidisciplinaire (anesthésistes, chirurgiens, Iade, Ibode, pharmaciens) qui coédite en 2017 un Guide pratique développement durable au bloc ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.