Numéro 536 - mai 2014dossier

Actualité

Big bang territorial et restructuration hospitalière

Une opportunité historique ?

Le Premier ministre met en œuvre une ambitieuse réforme territoriale : diviser par deux le nombre de régions, supprimer à terme les conseils généraux (et non l’échelon départemental, comme tentent de le faire croire les tenants de l’immobilisme) et donner la primauté à l’intercommunalité… Tout simplement adapter nos structures administratives et politiques aux évolutions techniques, sociétales, économiques du XXIe siècle.*

Dans une de ses premières interviews, Manuel Valls a évoqué la restructuration hospitalière comme une piste sérieuse d’économies pour le volet assurance maladie des désormais fameux 50 milliards ; même si la ministre des Affaires sociales et de la Santé n’a pas vraiment repris cette piste, la concomitance potentielle de deux réformes majeures nécessaires doit être analysée et sans conteste encouragée. Le constat en matière hospitalière, et plus généralement en ce qui concerne l’offre sanitaire Le terme « silo » est souvent préféré à celui de « millefeuille », mais la comparaison est édifiante : les établissements de santé français sont scindés, non pas tant en fonction d’une graduation du service rendu (proximité/ recours/ expertise spécialisée) mais largement en fonction de leur statut juridique : nous détenons la particularité d’avoir à la fois le secteur hospitalier public le plus puissant et le plus grand nombre de cliniques privées qui se mènent une guerre stérile sauf quelques exceptions notables de coopération, encouragées seulement du bout des lèvres par les pouvoirs publics. Entre les deux, le secteur ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.