Numéro 602 - janvier 2021réflexion

management

Au cœur de l’hôpital…

Osons l’accompagnement des équipes

Depuis 2018, l’hôpital public voit une accélération des démissions collectives et massives de responsables hospitaliers  et de soignants. Fatigués voire épuisés, médecins et paramédicaux sont ballottés par des modifications importantes de leur environnement social et sociétal, la montée de l’individualisme, la diminution des solidarités, des changements rapides des modes de fonctionnement professionnel issus des nouvelles technologies, de l’ingénierie des processus, des nouveaux modes de communication et de la rationalisation des coûts… Ils ne comprennent plus leurs univers de travail et se retrouvent privés de leurs repères, perdant ainsi de vue la finalité de leurs tâches(1). La crise du Covid-19 a fini de déboussoler ceux à qui l’on demande de porter le système de santé à bout de bras. Le CHU de Toulouse, qui réfléchit à favoriser l’émergence d’une politique globale visant à renforcer l’attractivité, a permis aux responsables du projet Convergence de se faire accompagner en team building afin de faire bouger les lignes et de donner du sens à leur projet. Les auteurs décrivent ici les pistes novatrices pour construire du sens, à travers certaines de ses composantes comme la reconnaissance et le bien-être au travail(2).

Les soignants font état d’une perte de confiance qui affecte, selon Couty et Scotton, l’ensemble des établissements de santé : « Les hospitaliers se sentent sous pression constante et toujours plus forte entre contrainte économique d’une part, qualité et quantité des prises en charge d’autre part. L’immense majorité d’entre eux réalise des efforts conséquents pour concilier ces contraintes et leur éthique professionnelle, mais ils ont le sentiment que ces efforts ne sont pas toujours reconnus et que se dégradent leurs conditions de travail et d’exercice.(3) » Ce sentiment de perte de reconnaissance et de souffrance éthique amène avec lui une perte du sens du travail, qui tend à toucher même des strates décisionnelles considérées jusqu’alors comme protégées par la reconnaissance institutionnelle dont elles bénéficiaient, notamment les médecins et les directeurs d’hôpital – ces derniers étant 62 % à se dire peu confiants face aux évolutions à venir dans le secteur de la santé. Globalement, si les professionnels ont tendance à lier cette perte de sens du travail à une perte plus large de repères de l’hôpital public, ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.