Numéro 578 - septembre 2018expérience

performance

Améliorer la gestion des stocks au bloc opératoire

Un effet systémique

Le bloc opératoire consomme chaque jour une grande diversité de fournitures médicales spécialisées et souvent très coûteuses. La gestion de ces stocks reçoit une attention plus prononcée de la part des gestionnaires des centres hospitaliers qui y voit un réservoir d’économies potentielles. L’étude présentée ici s’est amorcée en 2017 à la suite d’un mandat de recherche obtenu auprès d’un centre intégré de santé et des services sociaux québécois (Canada).

Dans un récent article, nous présentions les résultats d’une enquête de benchmarking menée auprès de blocs opératoires d’établissements de santé de la province de Québec (Canada)(1). Ces résultats démontraient que le processus de gestion des stocks était peu automatisé, qu’il y avait peu de liens entre la gestion des stocks et ses liens avec d’autres processus du bloc opératoire et finalement, que le personnel clinique consacrait beaucoup de temps aux activités liées à la gestion des stocks. Le présent article vise à approfondir notre connaissance du processus de gestion des stocks au bloc opératoire. Il se démarque du précédent dans la mesure où cette étude de benchmarking analyse plus en profondeur un plus petit nombre d’établissements. Il amène aussi une discussion autour du concept de pratiques exemplaires (best practices – meilleures pratiques) qui devient souvent un raccourci afin de résoudre une contre-performance organisationnelle en ne retenant que les manifestations visibles de ces pratiques exemplaires sans en saisir toutes les implications(2). Cela peut expliquer que des organisations ne tirent pas le plein potentiel de telles ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.