Numéro 541 - décembre 2014expérience

Analyse

Aides-soignants en formation infirmière

Sécuriser le parcours de formation

Le phénomène d’interruption en formation infirmière est connu par l’ensemble des professionnels en charge de la formation. L’étude présentée ici a pour objectif de détecter les facteurs prédictifs à l’interruption de formation en institut de formation en soins infirmiers auprès des étudiants issus de la filière aide-soignant à l’entrée en formation. L’interruption a déjà été envisagée par plus d’un tiers des étudiants interrogés. Si les facteurs prédictifs à l’interruption sont liés aux caractéristiques de la contingence sociale, le stage reste un enjeu essentiel dans la construction de l’identité d’étudiant. Explications.*

Le cursus des trois années de formation infirmière est intégré dans un processus de licence/master/doctorat (LMD) et permet aux étudiants infirmiers de poursuivre un cursus universitaire. L’accès en formation infirmière est ouvert à différents profils de candidat et le nombre de places est défini par quota national. Parmi les publics autorisés à se présenter aux épreuves de sélection, les candidats aides-soignants (AS) bénéficient de modalités de concours spécifiques (1) et d’un nombre de places ne pouvant excéder 20 % du quota de l’institut de formation en soins infirmiers (Ifsi). État des lieux Lors de ma prise de fonction de directrice d’instituts de formation (pôle de formation Ifsi/IFCS, CH Perrens, Bordeaux), en octobre 2010, la promotion de première année (semestre 1) était constituée d’un effectif de 93 étudiants en soins infirmier (ESI) incluant 20 % d’étudiants issus de la filière AS, soit dix-neuf AS. Durant leur cursus de trente mois, dix étudiants parmi les dix-neuf ont présenté des difficultés ; de l’ordre du positionnement en stage et/ou à l’Ifsi, d’insuffisance lors de la mise en lien théorie et ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.