Numéro 564 - mars 2017actualité

Enquête

RPS en établissement hospitalier

couv YchouLes délégations ANFH Languedoc-Roussillon et PACA ont lancé en 2013 une étude de type « baromètre social », en partenariat avec le Fonds national de prévention de la CNRACL et les ARS des deux régions, réalisée auprès de 40 établissements réunissant plus de 20 000 répondants. Cette enquête, intégrée dans un projet global réunissant formation et prestations d’accompagnement, a permis aux établissements d’évaluer l’ampleur du phénomène des risques psychosociaux (RPS) et ses causes dans la perspective d’élaborer des politiques de prévention adaptées. Trois ans plus tard, l’ANFH, en partenariat avec l’ARS PACA, a renouvelé cette enquête auprès des établissements des deux régions, leur permettant ainsi d’actualiser leur politique de prévention RPS au regard de l’évolution du ressenti de leurs agents. Cette nouvelle étude a été adressée en octobre 2016 à 45 établissements réunissant environ 80 000 agents.

Les résultats de cette nouvelle enquête traduisent une légère dégradation de la situation ressentie en établissement. Les résultats mettent en évidence une hausse du niveau de stress par rapport à 2013 avec 33 % des agents exprimant un niveau de tension ayant un impact sur leur travail. À titre comparatif, les experts dans ce domaine considèrent que la norme pour une entreprise est de l’ordre de 16 à 18 %.
En parallèle, le niveau de sérénité active diminue avec 27 % de répondants exprimant un niveau élevé de bien-être, celui d’anxio-dépression est en hausse d’un point avec 7 % d’agents présentant de forts risques anxio-dépressifs qui nécessitent une vigilance particulière.

Au regard de l’analyse des différentes dimensions interrogées dans l’enquête, cette dégradation du ressenti des agents au travail résulte de différents facteurs :

  • une charge de travail ressentie comme plus importante,
  • un conflit de valeurs plus prégnant qui se traduit par un sentiment d’incohérence entre la manière d’exercer son travail et ses valeurs personnelles,
  • un sentiment de dégradation des conditions de travail,
  • un sentiment d’insécurité face à l’avenir avec une difficulté à se projeter au sein de l’établissement.

Néanmoins, malgré un recul sur ces thématiques, il demeure des thèmes ressources forts, évalués de manière très positive par les agents et sources de bien-être au travail  :

  • un attachement au métier très important et une grande satisfaction de la relation avec les patients,
  • un esprit d’équipe très présent, un sentiment de soutien du collectif et un plaisir à travailler ensemble,
  • une confiance exprimée en ses propres compétences et celles des autres,
  • un soutien du management de proximité en légère hausse par rapport à 2013.

L’intégralité des résultats www.anfh.fr