Numéro 566 - mai 2017actualité

Projection

Ralentissement de l’accroissement de la population active

Selon l’Insee, la population active du pays va continuer d’augmenter dans les décennies à venir, mais moins vite qu’actuellement. Conséquence du vieillissement de la population, le nombre d’actifs par rapport aux retraités devrait continuer de décroître. Alors qu’en 2015, le pays compte 29,5 millions d’actifs, elle devrait en compter 31,1 millions en 2040 et 32,1 en 2070. La croissance de la population active va donc ralentir par rapport à la période actuelle : sur la dernière décennie, elle s’est établie à 152 000 actifs supplémentaires par an. Sur la période 2040-2070, on tomberait donc à + 33 000 actifs par an environ. C’est pendant la période 2040-2055 que l’Insee envisage le ralentissement le plus net, avec une croissance de 2 000 actifs par an.

L’Insee se base sur l’hypothèse d’un maintien d’un solde migratoire annuel de 70 000 personnes environ, d’un taux de fécondité de 1,95 enfant par femme et d’une poursuite de la baisse de la mortalité. Le vieillissement de la population va logiquement se poursuivre, avec une augmentation de 8,4 millions des personnes de plus de 70 ans à l’horizon 2070. Leur proportion dans la population doublerait alors par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui (26 % contre 15 %).

Les réformes de 2003, 2010 et 2014, qui retardent peu à peu l’âge de départ à la retraite, ont des effets dès aujourd’hui et en auront de plus en plus. À terme, le taux d’activité des personnes de 60 à 64 ans, aujourd’hui autour de 30 %, devrait atteindre 60 à 70 % dans les années 2070. Et même les 65-69 ans seront impactés puisque leur taux d’activité devrait atteindre 10 % pour les femmes et 20 % pour les hommes en 2070. Dans ce contexte, le financement des régimes de retraite dépendra en grande partie, dans les années et les décennies à venir, de l’évolution du chômage, c’est-à-dire non pas du nombre des actifs mais du nombre de personnes qui cotisent.

Infos www.maire-info.com